Patrimoine

VORGES LES PINS

carte postale vorges

C’est du gaulois « worrike » (saule) que Vorges-les-pins a tiré son nom.

Traversé par une ancienne voie romaine, le village fut propriété du seigneur de Thoraise au XIIIe siècle. Détruit suite à une querelle opposant les seigneuries des Montferrand et d’Abbans, il est vendu à Jean de Châlon en 1384. Sa descendance en restera d’ailleurs suzeraine jusqu’au XVIIIe siècle.

Le patronyme du village est cité dès 1049.

Le village est situé dans une petite vallée entre celles de la Loue et du Doubs. Il est traversé par l’ancienne voie romaine et surplombé par l’ancienne voie royale ou route de la Diligence qui longe le coteau.

Pendant la guerre de trente ans, le village est le lieu de passage des troupes qui causent de nombreuses dégradations.

Les habitants vivaient de la culture, de la vigne et de l’élevage.

Une mine de fer a été exploitée au XIXème siècle ainsi qu’une carrière.

Aujourd’hui le village se développe dans la proximité de Besançon où la plupart des habitants vont travailler.

Source : Le Patrimoine des communes du Doubs.

ecole de vorges1964 Ci contre, une carte postale qui confirme le nom « WORRIKE » en gaulois : Le saule des longues vesses.

merci à Bernard Cretin pour ce partage.

 

 

 

 

 

carte postale de vorges

 

On distingue une bâtisse accolée à la ferme par un porche, celle ci fût louée  par certains habitants, pour avoir une école.

Merci à Bernard Cretin pour cette carte et ces informations

BLASONLE BLASON DE VORGES 

Blasonnement : D’or à trois emmanches de sinople dentées en sapin [Coupé en sapin d’or et de sinople de trois pièces], celle du milieu abaissée ; au chef parti au 1er d’argent à deux pics de mineur de sable passés en sautoir, au 2ème d’azur au vigneron au naturel.

Source : Armorial de France
(ci contre, le blason modernisé par Eklor )

 

 

 

EGLISE SAINT PIERRE ET PAUL

L’église de Vorges les Pins date de 1843. Elle est classée aux monuments historiques pour la forme particulière de son clocher. Elle vient d’être restaurée, le maître d’œuvre étant Claude Cornu.

eglise

 

Les commentaires sont clos.