projet fusion et bus scolaire

En réponse à notre demande d’informations concernant le devenir du bus scolaire en cas de fusion entre les communes de Busy et de Vorges, la commission Transport de la CAGB qui finance actuellement ce bus nous a officiellement répondu qu’en cas de fusion des nos communes le financement du transport scolaire serait maintenu.

Le groupe de travail de Vorges attend maintenant que le groupe de Busy fixe une date pour avancer sur la rédaction du projet. Dans le planning que nous avons proposé au conseil de Busy, nous espérons présenter ce projet aux habitants dans la dernière quinzaine du mois de mars.

Pas de trève des incivilités

samedi26DECCe jour au conteneur à verres nous avons découvert une dizaine de sacs remplis de déchets « festifs » : vaisselle jetable, restes de crevettes et saumon, papiers cadeaux, bouteilles plastiques, nappes…

Ces poubelles devront attendre mardi ou mercredi que des agents communaux puissent les emmener jusqu’à Besançon puisque la déchetterie de Thoraise ne traite pas ce type de déchets. En attendant les sacs ont été mis sur le côté de la benne avec l’aide d’une habitante de Vorges les Pins venue déposer ses bouteilles de verre.

Ces comportements déplorables sont malheureusement trop fréquents…

Devenez assesseur

carte électoraleAfin d’assurer le bon déroulement des opérations de vote, des électeurs de la commune peuvent se porter volontaires à chaque scrutin.

Selon le code électoral (articles R44 et 45), un bureau de vote est composé d’un président, de deux assesseurs minimum et d’un secrétaire.

Tous sont indispensables le jour J pour vérifier l’identité de l’électeur, s’assurer du bon déroulement et de la totale régularité des opérations de vote.

Le président est désigné parmi les membres du conseil municipal.

Depuis 2006, les électeurs volontaires de la commune peuvent librement s’inscrire sur une liste complémentaire d’assesseurs. C’est une liste de réserve, tenue par le maire, qui permet de pallier le manque d’assesseurs lors de l’organisation des bureaux de vote.

Qui fait quoi ?

Pour suivre le bon déroulement des opérations de vote, chaque bureau est composé d’un président, d’un secrétaire et d’au moins deux assesseurs.

  • Le président : Il s’agit d’un élu local siégeant au conseil municipal. Il coordonne et supervise le bureau de vote et proclame le résultat.
  • Les assesseurs : Ce sont au minimum deux assesseurs qui doivent siéger à la table de vote, ils sont chargés, avec le président, de la tenue du bureau de vote (vérification de l’identité des électeurs, gestion de la liste d’émargement). Si leur nombre est inférieur à deux, les assesseurs manquants sont pris parmi les électeurs volontaires de la commune inscrits sur une liste complémentaire.
  • Le secrétaire : Il rédige le procès-verbal qui relate l’ensemble des opérations électoral
  • Les scrutateurs : Le dépouillement est effectué par des scrutateurs désignés par le bureau parmi les électeurs présents ou par les membres du conseil.

Pour participer, il faut être inscrit

Premières conditions pour pouvoir voter ou être assesseur, vous devez être de nationalité française ou ressortissant de l’Union européenne (pour certains scrutins), avoir 18 ans et être inscrit sur la liste électorale de la commune.

> Pour vous inscrire pour les prochaines élections sur la liste complémentaire d’assesseurs contactez la mairie.

L’accueil en questions

sourireL’accueil des réfugiés ne laisse personne indifférent. Afin que chacun puisse comprendre au mieux les enjeux et le cadre du projet qui se construit dans notre village, voici des explications à des interrogations légitimes.

« Notre commune connaît une situation budgétaire délicate, le projet d’accueil des réfugiés va peser sur le budget et la fiscalité » ?

  • En conseil municipal, l’accueil a été voté avec 10 voix POUR, 3 CONTRE et 1 BLANC. La mairie assurera son rôle d’intermédiaire entre les citoyens et l’administration, notamment la Préfecture.

  • Le logement communal qui a été réservé pour des réfugiés est un logement social dont le loyer sera intégralement pris en charge par l’Etat. L’accueil est financé par l’Etat.

  • Une association (*) est en train de se créer pour faire face, entre autre, à toutes les dépenses qui ne seraient pas prises en charge par l’Etat. Lors des premières réunions, des habitants de Vorges mais aussi Busy et Montferrand étaient présents. (le compte rendu de la première réunion)

  • Des élus communaux sont engagés à titre personnel dans cette association.

« Pourquoi accueillir des étrangers plutôt que de s’occuper des personnes dans le besoin qui vivent à nos côtés » ?

La médiatisation de la mort du petit syrien a permis une prise de conscience d’un drame qui ne date pas d’hier. Chacun est pris dans son quotidien, dans ses projets, dans sa vie professionnelle, dans sa vie familiale et d’une certaine façon, chacun se ferme à ce qui se passe pourtant tout près de chez nous. Cette médiatisation a été l’occasion pour de nombreuses personnes de se questionner. Doit-on tout attendre de l’Etat ? N’avons nous pas chacun le pouvoir et le devoir d’agir ?

L’élan de solidarité qui est né de cette prise de conscience ne peut que servir l’ensemble de ceux qui sont dans une situation précaire. On peut proposer dans notre village une solidarité qui ne soit pas institutionnelle mais portée par des personnes volontaires. La solidarité qui se met en place n’est pas exclusivement dédiée à l’accueil des réfugiés.

Lors de la première réunion, des idées intéressantes ont été évoquées comme par exemple la réalisation d’un jardin familial qui pourrait à la fois permettre aux réfugiés de tisser des liens et de s’occuper jusqu’à ce qu’ils aient le droit de travailler. Ces jardins pourraient permettre aussi à des personnes isolées de renouer avec une vie sociale.

« Il n’est pas raisonnable d’accueillir des réfugiés dans un village. Comment vont-ils gérer toutes leurs démarches administratives » ?

Des associations « habilitées » vont prendre en charge les démarches administratives des réfugiés. L’association de Vorges pourra les suppléer en « véhiculant » les réfugiés.

Le réseau Ginko et ses bus permettent de rejoindre le centre ville et la préfecture facilement.

Notre village fait partie de l’agglomération du Grand Besançon, de nombreuses personnes travaillent à Besançon et peuvent co-voiturer. L’association entend bien gérer ce point et ça sera une occasion pour développer sur notre commune le co-voiturage.

« Les réfugiés préfèrent être en ville » ?

Nous ne choisirons pas qui nous accueillerons mais nous espérons être choisis.

Dans le montage du dossier, nous développerons l’importance que nous attachons à accueillir des personnes désireuses d’une vie en milieu péri-urbain. Tous les réfugiés qui arrivent en France ne vivaient pas dans des villes avant de fuir la guerre.

Les politiques d’accueil qui, depuis de nombreuses années, logent les personnes d’origine étrangère dans des quartiers « dédiés », sont responsables du développement d’un communautarisme qui nuit à l’intégration.

« Les réfugiés sont des terroristes en puissance »?

L’origine et la religion des réfugiés ne sont pas des critères de choix dans le dossier d’accueil (et heureusement !). Il est fort possible que les personnes soient des Syriens mais il y a aussi des Irakiens, des Afghans, des Erythréens, des somaliens… Le point commun entre toutes ces personnes c’est qu‘ils ont bravé tous les dangers pour fuir la guerre et les intégristes. C’est en privilégiant un accueil réparti sur l’ensemble du territoire, sans ghettoïsation que l’on permettra une meilleure intégration et un recul de la radicalisation.

(*) Si vous êtes intéressé par l’association de Vorges vous pouvez nous contacter par mail vorges.solidarite@gmail.com

—————————

Extrait d’un article de FranceTVinfo du 8/09/2015

« Les réfugiés touchent-ils des allocations » ?

Les droits des réfugiés varient selon leur statut. A leur arrivée, ils sont considérés comme demandeurs d’asile, en attendant que l’Office français pour la protection des réfugiés et apatrides (Ofpra) ne statue sur leur sort.

Ils ont le droit soit à la couverture médicale universelle (CMU), soit à l’aide médicale d’Etat (AME). Leurs enfants peuvent être scolarisés à partir de 3 ans, et ont l’obligation de l’être entre 6 et 16 ans.

S’ils sont pensionnaires de centres d’accueil, ils touchent une allocation mensuelle de subsistance, comprise entre 91 et 718 euros mensuels. Mais les places dans ces centres sont rares.

Les autres demandeurs d’asile, qui n’ont pas de place dans un centre, touchent l’allocation temporaire d’attente, d’un montant de 11,35 euros par jour, pendant toute la durée de leur procédure de demande d’asile. Un montant qui leur est nécessaire pour survivre, car les demandeurs d’asile n’ont le droit de travailler que si leur procédure est en cours depuis plus d’un an, même si des dérogations sont possibles.

Une fois l’asile obtenu, les réfugiés perdent leur droit aux allocations qui leurs sont destinées, mais ils bénéficient des mêmes droits que les Français. Un récépissé portant la mention « reconnu réfugié » leur donne le droit de travailler, ainsi qu’aux prestations familiales et au RSA. Quand ils accèdent à un emploi, ils peuvent s’affilier à la Sécurité sociale. Ils ont aussi, sous condition de ressources, accès au logement social, et à des centres d’hébergement s’ils sont dans une situation jugée particulièrement vulnérable.

« Les migrants fuient-ils tous des pays en guerre » ?

Il faut faire la distinction entre les migrants et les réfugiés. Le terme « migrant » désigne « une personne qui, née dans un pays, vit dans un autre pour une durée d’un an ou plus », comme l’expliquait une spécialiste des migrations à francetv info.

Les réfugiés (qui sont inclus dans la catégorie « migrants ») sont toutes les personnes persécutées ou craignant de l’être dans leur pays, en raison de leurs origines, de leur religion ou de leurs opinions politiques. C’est un statut défini par la convention de Genève.

Le pays d’où sont arrivés le plus de demandeurs d’asile en Europe cette année est la Syrie, où la guerre a fait plus de 250 000 morts en quatre ans.

Les Syriens, comme les Irakiens, vivent également sous la menace du groupe Etat islamique. La situation n’est pas plus réjouissante en Erythrée, un régime totalitaire où le service militaire est obligatoire et illimité ; en Somalie, où sévissent les islamistes shebabs ; au Soudan et au Soudan du Sud, en guerre depuis l’indépendance de ce dernier en 2011.

Autant de pays qui ne sont pas considérés comme « sûrs » par la France, et qui sont les principaux pays d’origine des demandeurs d’asile. Ce qui n’exclut pas des migrations aux motifs économiques, ni des situations d’entre-deux.

—————————

 

Une pause dans les projets d’investissement

Lors des précédents mandats, la commune s’est progressivement mais fortement endettée en réalisant de lourds investissements :

  • Construction d’un nouveau groupe scolaire avec la commune de Busy
  • Rénovation de l’Eglise
  • Agrandissement de la mairie
  • Création d’un atelier technique et d’un local pour l’alambic communal
  • Réhabilitation d’une ancienne ferme près de l’église pour la création de 7 logements sociaux et d’une salle de convivialité.
  • Aménagement d’un salon de coiffure puis modification de celui-ci en logement social
  • Travaux de terrassement pour la viabilisation de 5 terrains constructibles au-dessus des écoles.

Tous ces investissements pèsent aujourd’hui et pour de nombreuses années encore sur les finances de la commune qui doit gérer parallèlement au remboursement de tous ces emprunts la baisse drastique des dotations de l’Etat.

Une pause dans les projets d’investissements lourds est inévitable et même imposée par la Trésorerie et la Préfecture. Toute l’équipe municipale travaille aussi sur la baisse des dépenses de fonctionnement pour redresser les finances au plus vite.

Le mot du maire

JPBienvenue à Vorges les Pins

Situé sur le chemin départemental 104 entre Busy et Boussières à 14 kilomètres des Besançon, notre village, d’une superficie de 476 hectares et à 325 mètres d’altitude compte aujourd’hui 586 habitants.

Les familles anciennes, très attachées à leur terre et aux magnifiques paysages côtoient de nouvelles familles venues s’installer à Vorges pour y trouver le calme de la campagne nichée entre deux collines boisées et verdoyantes mais aussi quelques atouts supplémentaires :

– la nouvelle école maternelle et primaire accueille les enfants jusqu’au CM2

– le complexe chambre d’hôtes, gite et ferme auberge avec sa superbe vue sur le village pour satisfaire les gastronomes, commerciaux et touristes

– Son église coiffée d’un clocher aux arrêtes vives surmonté d’un campanile où domine le coq girouette qui tourne au souffle du vent. Notre église, classé monument historique fut construite en 1843.

Les ballades pédestres, VTT et randonnées équestres permettent d’atteindre le point culminant de la commune ( environ 400m) avec le chemin de la crête d’où une vue imprenable permet d’admirer à l’Ouest les plaines de l’Ognon et la vallée du Doubs et à l’Est les premiers plateaux du Jura et la vallée de la Loue.

Pour les collégiens et les lycéens, les lignes d’autocar desservent tous les établissement scolaires de Besançon. Le collège de secteur est le collège Voltaire.

Les vorgiennes et les vorgiens seront heureux de vous accueillir dans ce hameau paisible. Alors n’hésitez pas à venir vous installer dans notre village où il reste des terrains disponibles avec une vue imprenable sur la vallée.

Jean Paul Pécaud

Le Budget (2) : Comptes Administratifs 2014

Vous trouverez ci dessous quelques unes des explications données  en présentation des comptes administratifs 2014 lors du conseil municipal du 7 avril. N’hésitez pas à nous poser vos questions.

1/ Des ressources moindres :
Le gouvernement a annoncé une diminution sans précédent des dotations de l’Etat : 11 Milliards d’€ sur 3 années (2015-2016-2017). La baisse annoncée consiste à revenir en seulement trois ans au niveau des dotations de 2003. La baisse a été initiée dès 2014.

à savoir => Les dotations de l’Etat représentent 1/3 des ressources de la commune.
( à noter que dans Impôts et Taxes figurent les dotations versées par la CAGB, le produit des taxes d’habitation et foncières ainsi que les droits de mutation )

répartition des ressources de Vorges les Pins CA 2014

répartition des ressources de Vorges les Pins CA 2014

=>En 2014, Vorges a touché 9 325 euros de dotations en moins par rapport à 2013.

perspectives => en 2015 la commune touchera 19 000 euros de moins qu’en 2013 et la baisse se poursuivra jusqu’en 2017.

dotations

 

2/ des dépenses de fonctionnement à maîtriser.

Dès le début du mandat, l’ensemble du conseil a été sensibilisé à la nécessité d’une gestion rigoureuse des dépenses. La convocation en préfecture à l’automne pour un bilan sur les comptes 2013 et un point sur l’endettement préoccupant de la commune n’a fait que confirmer les priorités fixées.

à savoir => Les communes de moins de 3500 habitants ont eu en moyenne une hausse de 3,2% des dépenses de fonctionnement entre 2013 et 2014.

=> Les dépenses de fonctionnement de Vorges ont diminué de manière significative comme le montre le comparatif ci-dessous : ( en bleu les dépenses qui auraient subi la hausse moyenne, en orange, les dépenses réelles )

dépenses2012- 2013 : 9% de hausse ( + 27 000 euros )
2013-2014 : 0.5 de baisse ( – 1482 euros )

En 2014, les dépenses ont été maîtrisés et un excédent de fonctionnement de 93 612 euros a pu être dégagé malgré la baisse des dotations.

Concernant les investissements, les travaux de la ferme communale engagés sous le mandat précédent ont été achevés en 2014. Le projet de chemin piétonnier a lui été suspendu et sera étudié à nouveau dès que les finances le permettront.

Un terrain ayant été vendu, une partie d’un prêt à court terme a pu être remboursé. Il reste 310 000 euros de prêts à court terme à rembourser en 2015 (en plus des emprunts à long terme ).

A venir, un article qui présentera les budgets primitifs 2015.

 

Championnats de France en Guyane de raid UNSS

RAID UNSS CHAMPIONNAT DE FRANCELe jeune vorgien Aymeric Wolz participe avec 3 autres élèves du lycée Jules Haag à Besançon ( Constance Devillers, Clarisse Girard, Jérémi Pourre ) aux championnats de France de raid UNSS qui ont lieu en Guyane. Cette épreuve sportive combine plusieurs activités telles que la course d’orientation, le trail, le tir à l’arc et à la sarbacane le run and bike dans le cadre des championnats de France UNSS.

Pour suivre leurs résultats, rendez-vous sur leur page facebook.

BONNE CHANCE A TOUTE L’EQUIPE !